La crise du coronavirus paralyse Europa-Park et Rust en souffre.

Regard sur une région qui espère et craint.

Le plus grand parc d’attractions d’Allemagne n’a pas ouvert ses portes à cause du coronavirus et soudain, les revenus de toute une ville et de ses environs ont disparu.

Fan2europapark - Europa-Park
Europa-Park

C’est très calme, tellement calme. Seule une tondeuse à gazon se fait entendre au loin, et devant l’hôtel de ville, où la rue est en cours de rénovation, une pelleteuse travaille tranquillement. Sinon, l’endroit est désert ce jour d’avril. Un cycliste passe, et une voiture de livraison de colis s’arrête. Il n’y a plus d’activité.

Normalement, les choses seraient très différentes, au centre de Rust : Au lieu du silence et du bruit d’une tondeuse à gazon, par une si belle journée de printemps ensoleillée – il ne fait ni trop chaud ni trop froid, le temps parfait pour se rendre dans un parc d’attractions – il y aurait de forts cris des visiteurs du parc. Des cris de gens émis par la peur des passagers des différentes montagnes russes. Car Europa-Park n’est qu’à un jet de pierre du centre-ville. Les jours de pointe, le parc accueille jusqu’à 40 000 visiteurs. Les vacances de Pâques, avec leur climat estival, auraient certainement apporté de telles affluences.

“Nous avons dû passer de 100 à zéro. C’était extrême”.
Engelbert Gabriel, porte-parole de la direction d’Europa-Park

Mais dans le parc, il n’y a que le silence. L’entrée est clôturée par une clôture en treillis. Sur le parvis, devant les caisses, où les gens font normalement la queue un jour comme celui-ci, trois travailleurs en tenue de travail orange réparent le sol – un travail qu’ils ne pourraient pas faire un jour comme celui-ci pendant la saison habituelle. Mais Europa-Park est fermé. Comme pour presque tout, Le Coronavirus s’est occupé de mettre le chaos, l’ouverture de la nouvelle saison 2020 n’a même pas eu lieu et l’exploitation de Rulantica, qui n’a ouvert qu’en novembre dernier, a dû être interrompue brutalement le 16 mars.

Au début de la saison, les six hôtels du parc avaient un taux de réservation de 95 %.

Fan2europapark - Restaurant Bubba Svens
Restaurant Bubba Svens de l’Hôtel Krønasår

Pour la première fois depuis 45 ans, le parc reste fermé

Les dirigeants avaient espéré jusqu’au bout, mais la mairie de Rust a demandé que le monde de l’eau soit fermé et que le parc ne puisse pas ouvrir. Cela ne s’est jamais produit depuis 45 ans que le parc existe. Pour l’instant une réouverture est un plan sur la comète. Si le parc entre dans la catégorie des grands événements et des événements de masse, il ne pourra pas ouvrir avant le 31 août.

Où trouvera-t-on une réglementation différente pour les parcs d’attractions? Si cela devait arriver, le parc aurait “des concepts très clairs”, dit Gabriel Engelbert, porte-parole de la direction d’Europa-Park. Il prévoit un système de gestion des files d’attente qui permet de s’assurer qu’il n’y a pas trop de clients dans la file. Dans les attractions, une rangée doit rester libre après chaque siège occupé et, en plus, les masques seront obligatoires. Un tiers seulement des visiteurs potentiels seront autorisés à assister aux spectacles, les restaurants en libre-service seront transformés en espaces sécurisés – et il y aura une mesure électronique obligatoire de la fièvre à l’entrée du parc pour tous les visiteurs.

Fan2europapark - Eurosat Cancan Coaster
Le quartier Français

Une ouverture pour le parc est-elle rentable ?

Il y a des considérations similaires pour Rulantica. Gabriel dit que le parc est en contact étroit avec les politiciens et le département de la santé publique sur ces questions. Mais le facteur décisif sera le nombre de visiteurs autorisés à entrer. Cela dépend du nombre de manèges mis en service. Et si cela est rentable ou non pour Europa-Park. Si le nombre de visiteurs est trop limité, les frais de personnel pourraient dépasser les revenus.

C’est une situation totalement nouvelle pour le parc, qui a été rattrapé par le succès : jusqu’à présent, la masse des visiteurs et les longs temps d’attente étaient le défi auquel Rust a répondu avec de nouveaux manèges chaque année. Et les nouvelles attractions ont attiré de plus en plus de visiteurs. Avec cette spirale ascendante apparemment sans fin, le parc peut bien vivre. Mais maintenant, elle doit soudainement calculer les chiffres à la baisse pour avoir une chance d’ouvrir. La direction est optimiste. “Juin est notre rêve”, dit Gabriel. “Si nous obtenons l’autorisation d’ouvrir, nous pouvons le faire immédiatement.” Les clients attendent apparemment à la même chose : les chiffres des réservations dans les hôtels du parc à partir de juin sont encore élevés.

Fan2europapark - Wodan
Pas un train à l’horizon

Espoir de détente : Le tourisme en Forêt-Noire dépend désormais des visiteurs allemands, mais de nombreuses entreprises sont déjà dans une situation difficile

même l’Association des parcs d’attractions et des entreprises de loisirs allemands (VDFU) n’abandonnent pas encore l’idée d’ouvrir cette saison. “La visite des parcs d’attractions et de loisirs comporte un risque d’infection beaucoup plus faible que dans les zones piétonnes, les centres commerciaux, l’utilisation des transports publics ou même lors d’un événement majeur”, indique une déclaration de la VDFU. Il s’agit de “vastes installations extérieures avec la meilleure circulation d’air possible”, les visiteurs ne se sont pas entassés en un seul endroit, mais sont dispersés dans tout le parc. La politique n’a pas encore été définie. Alors que la ministre d’État à l’Économie Nicole Hoffmeister-Kraut promet d’augmenter “la marge de manœuvre en matière de protection de la santé pas à pas”, le ministre-président Winfried Kretschmann se réfère assez vaguement à la prochaine conférence des ministres-présidents fin avril : « Nous devons encore discuter du moment exact où un événement deviendra un événement majeur. »

2000 employés sont actuellement en chômage partiel, les quelque 2000 travailleurs saisonniers supplémentaires qui ne sont pas employés de façon permanente ne doivent être embauchés qu’à la réouverture de la saison. Actuellement sur le site de 100 hectares, 150 personnes travaillent à des travaux de rénovation, à la reconstruction de l’attraction “Pirates à Batavia”, qui a brûlé en 2018, et au jardinage. Gabriel ne veut pas spéculer sur une année entière sans revenus. Il ne dit que ceci : Europa-Park pourrait tenir le coup pendant un certain temps en cas de fermeture.

Tant que le parc fonctionne, Rust se porte bien – très bien même

Kai-Achim Klare est maire de Rust, depuis 2014, une commune de 4400 habitants. « Rust, c’est avant tout Europa-Park ». Même Klare, qui a grandi à Hanovre, a connu le nom de Rust dans sa jeunesse, bien avant qu’il ne soit attiré par le Südbaden. La saison dernière, 5,7 millions de visiteurs sont venus au parc. Tant qu’il fonctionne, la commune se porte bien, pour ne pas dire extraordinairement bien.

La petite municipalité de Rust dispose d’une réserve de neuf millions d’euros. En 2019, onze millions d’euros de taxe commerciale ont afflué dans les caisses municipales, dont une grande partie provient d’Europa-Park. 17,5 millions d’euros ont été et sont actuellement investis dans les infrastructures de la municipalité : dans la rénovation de la mairie, dans une nouvelle salle, dans le poste de police, dans la rénovation des routes et des places et dans la construction de logements municipaux. Et les prochains grands projets sont déjà prévus : l’extension de l’école polyvalente pour huit à neuf millions d’euros et un centre communautaire comprenant une cantine scolaire, également pour neuf millions.

Il s’agit de grands projets pour une petite communauté, mais le maire ne peut même pas mettre sur les rails pour le moment. Il est d’un optimisme prudent. “Nous devons laisser passer quelques semaines et attendre les vrais chiffres”, dit-il. “S’il y a un marasme économique à long terme, nous devrons voir comment nous pourrons le gérer.”

Rust a des choses à offrir : par exemple, une crèche gratuite au jardin d’enfants ; la mixité sociale est bonne, dit Klare. La communauté ne cesse de s’agrandir – depuis 2011, le nombre d’habitants a augmenté de 18 %, en 2017, Rust était même la communauté qui connaissait la croissance la plus rapide de tout le Bade-Wurtemberg. Mais le maire Klare souligne également la particularité du rôle exceptionnel du parc : la commune fournit une infrastructure nettement supérieure à celle des communes comparables – cela commence par les pompiers avec leur propre échelle tournante et s’étend jusqu’au réseau d’égouts. “Pour nous, il est tout à fait normal que 15 000 à 17 000 personnes par jour se trouvent dans la ville.” Une crise économique normale ne mettrait pas la communauté à genoux aussi rapidement, dit Klare. Mais bien sûr, l’immobilité totale l’inquiète et lui provoque des nuits agitées.

Plus de 1,3 million de personnes ont séjourné à Rust en 2019

Klare demande un plan de sauvetage pour les municipalités. Il est clairement opposé au gel des budgets municipaux, affirmant qu’il n’y aurait “pas de signal plus fatal” pour les entreprises régionales que de cesser tout investissement maintenant. Le directeur de la mairie ne pense pas seulement aux 4000 employés du parc d’attractions, mais aussi à ce qu’il appelle la “chaîne de valeur”, c’est-à-dire à toutes les entreprises qui vivent d’Europa-Park en tant que prestataires de services.

Le tourisme à Rust est en plein essor grâce et seulement à Europa-Park. L’année dernière, la petite commune du sud de l’Ortenau a compté plus de 1,3 million de nuitées. À titre de comparaison : la ville de Fribourg, qui compte 220 000 habitants, a enregistré 1,8 million de nuitées en 2019 – un nouveau record. Selon l’Office national des statistiques (qui compte les établissements de dix lits ou plus), il y a actuellement 8816 lits à Rust. Une chose est claire : Rust vit d’Europa-Park – et pas seulement de l’hôtellerie et de la restauration, mais aussi de l’industrie locale.

Même s’il ne sait pas comment et quand pour le moment, le maire Klare a l’espoir que, sous la condition de “la plus grande sécurité possible” , les choses vont changer d’une manière ou d’une autre et continuer, également pour Europa-Park et le nouveau parc aquatique Rulantica. Toutefois, il considère que la pleine exploitation dans un avenir prévisible est “difficile à imaginer”. Kai-Achim Klare sait que la situation menace l’existence de certaines entreprises à Rust. “Le crédit seul ne suffira pas”. Le tourisme a plutôt besoin de subventions directes, dit-il, et les entreprises saines sont également confrontées à cette crise. Mais le maire Klare ne croit pas qu’Europa-Park va connaître de graves difficultés financières. Il fait confiance à la famille Mack qui est propriétaire du parc. “C’est une entreprise familiale solide qui a toujours fonctionné de manière très stricte.”

Texte original: Frank Zimmermann & Klaus Riexinger – BZ
Traduction: Fan2europapark
28 avril 2020

Tout sur Europa-Park